Carona à la conquête des coeurs

Il y a cinquante ans, Carona (TI) comptait 250 habitants. Ils sont aujourd’hui 800. La beauté particulière du village, chère au coeur du grand Hermann Hesse, n’y est pas étrangère.

Comme de juste, l’amour de Carona se mérite. Virage après virage, comme le car postal parti de Lugano, qui gravit la presqu’île de Ceresio jusqu’à l’étroite arche de Carona. Stop! Le conducteur ne va tout de même pas passer dessous? Astuce: les suspensions du véhicule chuintent, et le car s’abaisse des quelques centimètres qui feront la différence. Puis, centimètre par centimètre, le conducteur engage son engin, frôlant les parois du tunnel.

Si le village doit être conquis, une fois à destination, c’est Carona qui vous conquiert à son tour, comme il l’a fait avec le poète allemand Hermann Hesse, qui montait souvent de Montagnola, où il résidait, à Carona. Au sujet de l’église de pèlerinage de la Madonna d’Ongero, non loin de Carona, dans une vieille forêt de châtaigniers, il a noté en 1923: «Il y beaucoup de belles choses sur terre, mais aucune n’est plus belle que celle-ci.» Un an plus tard, il épousait sa seconde femme, Ruth Wenger, jeune beauté rencontrée lors d’une balade à Carona.

Les gens du lieu n’ont longtemps pas pris garde au romantisme environnant, émigrant vers les villes de plaine en quête de travail, tandis que la tuberculose hantait les ruelles humides et sombres du village. De l’an 700 à la fin du Moyen Age, la population était tombée à 250 en 1950.

Les maisons du village tombaient en ruine. S’amorce alors une renaissance: artistes, penseurs et âmes romantiques venus en touristes acquièrent des demeures pittoresques à souhait, pour des sommes modiques. On revoit fleurir des azalées au parc San Grato dès 1958. Une magnifique piscine ouvre peu après, en même temps que des transports publics sont mis en place vers Lugano.

Aujourd’hui, on compte jusqu’à 26 courses entre Carona et la grande ville. Pour être capables de passer l’arche, les cars postaux possèdent des rétroviseurs spéciaux et un réglage de la hauteur. Quant au climatiseur, il trouve place dans le compartiment moteur plutôt que sur le toit.

Pas étonnant que Carona compte désormais 800 habitants – ou plutôt 800 amoureux. Même le Père André, célibataire de son état, a été attrapé voici treize ans. Ce théologien belge, venu étudier à l’Université de Lugano, entendit parler de la beauté des églises de Carona. Il monta donc voir, admira les fresques de San Giorgio, déambula dans les venelles de la bourgade, poursuivit jusqu’à la Madonna d’Ongero. Et là, son sort était scellé: il tomba à genoux devant l’image de la sainte Vierge et pria Dieu de le garder en ces lieux. Un an plus tard, il reprenait la paroisse de Carona et s’installait à la cure. «Carona est dangereuse», sourit le Père André.

Le bon plan!

Dormez à l’historique Hôtel Villa Carona, aux ravissantes chambres, avec son jardin paisible, son tulipier, son panorama sur le lac et les Alpes (( www.villacarona.ch, 091 649 70 55).

Map: Carona

 
Carte interactive

Propositions d’excursions à Carona et dans les environs
 Carte interactive

 

Suggestions d’excursions  Carona, le bon plan